Les Légendes de Saint-Saulge

De l'esprit, les Saint-Saulgeois n'en manquaient pas...! En 1715, les mémoires de Jérôme DEPARIS (Curé de Saint-Saulge de 1710 à 1719) révèle que ce serait la Princesse Marie de Nevers qui, au commencement du XVIIème siècle aurait lâché quelques plaisanteries qui furent révélées plus qu'elle n'aurait voulu. Pour d'autres elles seraient attribuées à Lazare DEPARDIEU, procureur du Roi, homme ingénu.

L'une des plus authentiques, est celle de "la vache qui fit un pompier", méprise d'un enfant de 4 ans, qui fut vite racontée et propagée. D'autres légendes viennent s'ajouter au patrimoine culturel "les pistolets qu'à l'étang on planta", "l'église qu'on déplaça avec un fil de laine", etc... sans oublier notre très célèbre vache sur le clocher, illustrée ci-dessous. Toutes ces légendes ont été immortalisées en cartes postales au début du siècle et sont très prisées des collectionneurs.

 

Vous pourrez trouver les reproductions de ces cartes postales,  ainsi qu'un guide complet sur ces légendes, en vente à l'office de tourisme.

LA LEGENDE DE SAINT-SAULGE et SES CARTES POSTALES par Daniel-Henri VINCENT :

- l'article "La légende de Saint-Saulge" fait suite à une conférence organisée à Nevers par la Société académique du Nivernais ; 

- M. Daniel-Henri Vincent, auteur de l'article, a donné son accord pour sa mise en ligne ; 

- L'article a été publié dans le tome 87 des Mémoires de la Société académique du Nivernais. Pour se le procurer et pour toute précision supplémentaire concernant les activités de cette société consacrée à l'histoire locale, écrire à l'adresse suivante : 

societeacad58@yahoo.fr ou 11bis rue Gresset 58000 Nevers.

La Vache sur le clocher 

 

Elle est le symbole de la pérennité de l'élevage dans le canton. Lors d'une sécheresse exceptionnelle, les verts pâturages disparurent momentanément et une histoire est née, s'est transmise, racontée comme suit: 
"Le fourrage ô si arre c t'année que ne faut rin laisser perdre. In vont monter chut l'église lai vache de Tenni pôur l'y fé brouté l'harbe."

 
Où la voir? Quand? Au-dessus du portail de l'église mais certainement pas en hiver. "Blanchette" fut descendue du clocher carré pour prendre place au-dessus du portail d'entrée de style flamboyant. Elle mobilise les regards en particulier deux fois par an, lors de sa descente, au moment où les brumes d'automne enveloppent le massif de Saint-Saulge et lors de sa réinstallation au printemps. En mai, une foule très nombreuse applaudit chaque année la réapparition de la blanche silhouette familière. Elle est promenée lentement dans les rues du bourg avant de reprendre sa place estivale et d'être célébrée lors d'une fête conviviale. Cette cérémonie, immuable depuis 1914, est connue hors des frontières du canton et du département.